Extrait d’un recueil de poèmes qui n’aurait jamais du être écrits

quelques verres
quelques vers
fausse lucidité embouteillée
sur du papier déversée
océan de mille mots
dans ces paroles noyée
une bouteille vidée sur ces pages
dans un excès de rage
d’incompréhension
illumination
ou fabulations
d’un soir de printemps
d’un soir d’un temps
noyé dans un vers

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s