Les pensées éparpillées et la tête qui tourne

Les pensées éparpillées et la tête qui tourne

T’es là. Assise, debout, couchée. T’es là et t’es bien. T’es calme, tu respires.

T’es là et tu respires, puis tu respires plus. Puis le ciel commence à tomber et les murs se referment et tu pense mourrir. Tu penses que c’est la fin du monde. Tes paupières, ton coeur, l’humanité battent trop vite. Le temps s’écoule et s’écroule et plus rien ne va.

T’es là, mais t’es plus là. Ton monde s’effondre et tu penses mourrir. Tes mains tremblent, cherchent. Elles s’activent à chercher quelque chose à quoi s’aggriper. Un bureau, une chaise, une ancre.  Tes mains cherchent mais ta tête cherche plus fort. Tes doigts tremblent, mais ton cerveau encore plus. Tu le sens. Tu le sens trembler et palpiter et vibrer et tu te dis que quelque chose va exploser là-dedans. C’est certain. Tellement de pression, on dirait qu’un étau te serre les tempes. Et ta vue s’embrouille et le monde tourne et tout va trop vite puis le temps s’arrête. Le temps s’arrête, mais ta respiration s’accélère. Encore. Ton corps te lâche, t’as peur. T’as peur de quoi? De tout, de rien, de quelque chose qui n’existe pas.

T’es là. Assise, debout, couchée. T’es là et plus rien ne va. Tu penses mourrir. Mais pourtant tu vis. Et tu vivras.

Advertisements