La plus belle soirée de ma vie

La plus belle soirée de ma vie

La ville est recouverte d’un épais brouillard ce soir. La cime des arbres se perd dans ce vaste duvet gris. La minuscule télévision qui orne un coin de ma sobre chambre déblatère des âneries destinées aux pré-adolescentes en quête d’un prince charmant. Rien de mieux pour nous remonter le moral.

I’m done with guys. Je m’en fous.

Bien sûr que non. Je voudrais tellement m’en foutre, mais ma tête et mon coeur sont en guerre. J’ai fait tellement d’efforts pour ne pas me laisser ressentir, en vain. Je suis emportée par une vague mielleuse à l’idée de toi ou de nous.

I like you so much I hate you. Pourquoi ça doit toujours être compliqué?

J’attrape la première bouteille qui me tombe sous la main. Quelle idée attrayante. J’embrasse de mes lèvres le goulot et le liquide transparent enflamme mes entrailles tel le feu qui me brûle de l’intérieur chaque fois que je pense à toi. Cette flamme n’est point celle d’un amour brûlant, mais plutôt celle d’un désespoir profond et perturbant.

My life fucking sucks, tu m’énerves et j’aimerais tellement pouvoir te détester, mais je ne fais que te désirer.

L’alcool altère mes pensées et ma vue; ou peut-être serait-ce les larmes qui commencent lentement à former un voile devant mes yeux.

Je ne savais pas que j’avais ce genre de sentiments pour toi. Je sais que j’ai tendance à m’emballer rapidement, mais jamais au point de verser des larmes. Il est vrai que nous parlons depuis maintenant 2 mois et que j’ai l’impression de te connaître mieux que je connais bien de mes amis de longue date. Il est vrai également que tu as implanté des idées de romance et de potentiel futur dans mon esprit.

-Pourquoi tu me fais ça?

J’ai toujours voulu rencontrer quelqu’un comme toi, seulement pas dans ces conditions.

I fucking hate you, you don’t even know.

Ça aurait pu être tellement merveilleux si ça avait fonctionné. Peut-être que ça peut encore fonctionner… Ces espoirs me tuent.

Cette bouteille me semble de plus en plus attrayante. Une autre lapée d’enfer liquéfié; d’autant plus de baisers langoureux dans mon lamentable écran qui me rappelle pourquoi je bois. La plus belle soirée de ma vie.